Cela faisait un moment que je n’avais pas rédigé un petit article. Il faut dire que les conditions de pêche en ce moment sont compliquées et il est dur de faire de beaux clichés de poissons. Cela en devient même très frustrant.

Avec Charles, caméraman et créateur de films pour Seasons nous avions planifié d’alimenter le film pêche en heavy cover. Nous avons alors pêché le grand large sous la canicule et des poissons très peu enclins à toucher un leurre mais le job est fait dans les gros herbiers du coin.

Puis nous avions également prévu une séance de tournage en Camargue dans des roubines à bass. Les premiers essais de spots n’ont pas été concluants avec du bass en quantité mais avec des tailles de poissons qui ne méritent pas d’images. Nous réorganisons alors une séance sur d’autres spots pour arriver à nos fins, toujours à la recherche de beaux poissons pris dans le cover.

En cette période difficile pour la pêche il va falloir ne rien lâcher jusqu’au bout pour espérer toucher de beaux sujets et les journées sous le cagnard du sud avec des heures de marche et le sac chargé de leurres transforment la pêche en une véritable expédition où la gestion de l’eau est importante.

Nous démarrons tôt ce samedi matin et arrivons sur un nouveau spot. Le milieu est blindé de nénuphars et d’herbiers et nous sommes bien dans le sujet du film.

Très vite je me rends compte que l’activité n’est pas encore là et je vais pêcher à l’hypnotik swimmer 4″5 en slow cranking très léger. Je commence enfin à prendre des touches, puis des poissons non maillés. J’insiste et affine le pattern par la couleur. Je prends à ce moment une très grosse aspiration avec un remous énorme. Je n’ai pas assez rendu la main avant le ferrage et manque le poisson. J’en suis désormais sûr, le poisson était énorme et il y a donc une potentialité de faire un lunker. Nous allons insister sur le spot et affiner les patterns. La luminosité ne perce pas encore bien l’eau et il s’avère que le colori black & blue sort vraiment du lot. Charles le caméraman me suit et nous retournons sur la zone où je manque un présumé lunker. Le soleil commence à cogner et j’aperçois à deux mètres de moi le fameux lunker. Je suis figé sur place devant cette masse et ne bouge pas un sourcil. Je dépose gentiment mon leurre à 20cm de sa gueule en faisant le minimum de mouvement. Le bass s’approche du leurre, l’aspire et le recrache une première fois, recommence une deuxième fois, mon cœur bat la chamade… Il l’aspire une troisième fois et se retourne, je ferre et me retrouve en direct avec un masta bass. Combat bien musclé avec 2m de fil de sorti, ça éclabousse et la canne The Amplifire encaisse. Le bass est saisi, mesuré : 56cm ! Explosion de joie, je n’en reviens pas !

La suite, elle est incroyable et limite indécente. Je ne vais pas tout détailler car du coup elle va faire l’objet d’un nouveau film sur Season consacré à cette sortie spéciale lunker. Le soleil cogne fort désormais et j’anticipe sur un colori “naturel” pour le bass, green pumpkin sur l’armored craw. Un carton de bass énormissimes !

Je prends un 53cm en plein dans les herbiers :

Je prends un 55cm et pendant la mesure j’aperçois un big, je passe mon bass à Marc qui nous a présenté le spot pour pouvoir lancer et je ferre un 56cm à nouveau. Doublé de lunkers !

Je fini par un 51cm au cœur des herbiers pendant la canicule de début d’après midi et la journée va s’achever par des bass plus modestes.

A l’heure où j’écris ces lignes je n’y crois toujours pas, le film de la chaîne Seasons va être ENORMISSIME. Quota de 5 bass en France du bord de plus de 10 kilos. J’ai hâte de visionner ce film…

A+
Mathieu